Etat des lieux - Méthodes actuelles de stockage

Actuellement, le sel est bien encore trop souvent stocké à l’air libre, avec ou sans mur de séparation qui permettent de confiner le stock.

Les eaux de ruissellement ont deux effets dommageables :

  • Dégradation de la qualité du sel du fait des intempéries
  • Pollution de la nappe phréatique et des cours d’eau  par le sel car les eaux de ruissellement ne sont pratiquement jamais récupérées et traitées.
Cependant, de plus en plus  de stockage de sel sous abri ont été mis en place.

Les systèmes de couverture les plus couramment utilisés sont :

  • Les bâches posées directement sur le sel qui ont l’inconvénient de ne pas être d’une utilisation aisée et qui ne sont pas toujours performante en terme de résultat ( le stock est bien souvent couvert partiellement, ruissellement  et concentration des eaux de pluie sur les cotés, difficultés de manipulation
stockage_a_plat_avec_bache
  • Les auvents
  • Les hangars a sel conçus spécifiquement à cet usage ou utilisation de bâtiments existants détournés de leur fonction première.
hangars_a_sel_metallotextile
( 40 m x 150 m hauteur côtés 7 m -  port de Frouard
hangars_a_sel_3hangars_a_sel

Le bois permet de réaliser des  projets architecturaux particulièrement  adaptés à l’environnement
hangars_a_sel_5

Les murs de stockage utilisés sont fréquemment en béton qui est très largement agressé par le sel. Il est possible de le traiter  contre ces agressions salines mais ce traitement à une durée de  vie limitée et il faudra le renouveler périodiquement.
Parallèlement on trouve en France très peu de silos à sel pour un stockage vertical alors qu’il s’agit d’un système qui est très utilisé voir largement majoritaire dans des pays comme l’Allemagne, la Suisse , l’Autriche, l’Italie etc.
Ces silos sont actuellement réalisés soit en matière composite soit, dans de rares cas, en acier. Il nous a été signalé quelques silos a sel en bois mais ils sont encore très rares !